France

   Home France
Aspekte
Burnout - definition
Test
Déroulement du burnout
Mauvais traitements
Analyse d'épuisement
Traitement correct
Consultation gratuite
Changements dans la vie
Situations typique entraînant un burnout
Changement de profession
Prevention

Burnout et les sciences

Arrière-plan et contact

 

 

Deroulement de burnout

Déroulement avant, pendant et après le syndrome d'épuisement

Sans prétendre que l'ordre décrit ci-dessous soit identique dans tous les cas, on peut pourtant distinguer les étapes suivantes – A. Début , B. Mi-chemin, C. Redressement prudent

A. Début

Toujours plus d'efforts... jusqu'à effondrement : les plus grands efforts aboutissent toujours à moins (!) Rendement médiocre ou plus de rendement du tout. Encore plus d'efforts - impossibles ! 'Le système homme refuse l'effort...'

1. L'employé heureux et content

2. Le travail comme devoir, comme chance.... des 'poussées' parfois parsemées de 'désavantages'

3. Faire plus d'efforts pour arriver à des résultats supérieurs. 'Les besoins personnels, qu'est-ce que c'est ? Je n'ai pas le temps ! Si l'on arrive à CE POINT, il n'y a plus beaucoup de possibilités. Il faut maintenant tenir le coup':

4. Encore plus d'efforts, SANS aboutir à un rendement. Irritabilité, limiter tout ce qui est privé... moins de repos et de détente... oublier ses besoins (comme la faim et la soif!) (!)

5. Efforts accrus, encore MOINS de rendement. Irritabilité extrême. Voies critiques de l'environnement : 'Tu es irascible', 'Tu ne sais plus ce que c'est une plaisanterie', 'Tu es toujours absent', 'Nous ne pouvons plus nous permettre vos erreurs !' 'Faites ce que vous voulez pour y arriver, je veux voir des résultats en tant que chef !'.

Question : bloquer tout en disant qu'on est 'excentrique' ou continuer

6. Continuer : faire davantage des erreurs d'évaluation....

7. Le grand 'CRASH' la 'bombe' : un refus somatique inexplicable de monter à bord de la voiture ou d'entrer dans le bureau, douleurs importantes, sanglots fréquents, hystérie, labilité émotionnelle, capacité cognitive très restreinte. Incapacité de percevoir ou de soutenir d'autres sur le plan émotionnel...

Certains vont alors penser : 'Suis-je éventuellement malade ou est-ce que je souffre du syndrome d'épuisement ! Mais... comment est-ce que cela va continuer? Quand est-ce que quelqu'un va me dire de rentrer chez moi ?"

Si personne ne vous dit de rentrer chez vous

8. Se traîner vainement au bureau, n'arriver à rien, insomnies terribles... jusqu'à ce que vous consultiez un médecin vous-même ou qu'on vous fasse consulter un médecin.

MAIS : comme le syndrome d'épuisement professionnel n'est pas 'le premier choix' des médecins, les doutes vont persister... jusqu'à ce que vous trouviez les tests et les conseillers corrects.

B. Mi-chemin : Syndrome d'épuisement

9. Dépister, tester, reconnaître le syndrome d'épuisement

10. Limitation des efforts de s'arranger avec l'environnement

11. Trouver un programme d'encadrement et un accompagnant.

On peut perdre beaucoup de temps à ce stade ! Un syndrome d'épuisement moyen, mesuré depuis 'l'effondrement' jusqu'au moment du 'rétablissement complet' prend souvent 6-9 mois. Si le patient ne trouve pourtant aucun accompagnant ou aucun accompagnant valable, il y a risque de dommages encore plus grands. Le syndrome d'épuisement peut alors durer 2 ans ou bien devenir 'chronique'. Ce n'est jamais le cas chez Stichting Burnout.

12. Parcourir un programme contre le syndrome d'épuisement chronique, y compris l'analyse, y compris la liste des changements nécessaires.

C. Redressement prudent

13. Recommencer à faire des efforts à l'aide d'un autre style coping, avec un travail adapté, un autre emploi, une autre profession ou des études.

Travailler à mi-temps dans un premier temps afin de s'y habituer.

A condition que les BONNES décisions aient été prises sur la base d'une analyse approfondie et correcte dans la phase 2, l'organisation du travail au niveau précédant ne va présenter aucune problème majeur.

Ceux qui recommencent directement chez leur ancien employeur, en acceptant un nouvel emploi chez un autre employeur et qui travaillent 40 h/semaine auront un départ dur. C'est souvent faisable mais pas sans risque.

4. Arrivée à 100% de nouveau !

Le redressement d'abord prudent a réussi. Vous travaillez de nouveau entre 90-100%.

Il n'y a guère de gens qui se sentent à 100% à l'aise avant de travailler à 100% - 80% tout au plus. Il reste un 'écart', le dernier écart qui les sépare des 100%.

Avec les soins ultérieurs de votre conseiller vous apprendrez vite quelles sont les pièges de votre nouvel emploi. 3-4 séances de 'traitement ultérieur' en cas d'un autre emploi ne constituent aucun luxe !

Vos 'antennes' sont de nouveau sensibles, vous remarquez beaucoup plus vite si vous dépassez vos limites et vous parerez au pire contrairement à ce que vous faisiez avant le syndrome d'épuisement. Vous réagissez plus vite, vous êtes devenu plus humain ET faites preuve de plus d'assertivité.



Stichting Burnout - La profonde verité sur le burnout - l'épuisement professionelle